Pcri.fr » Santé » Pédagogie et neuroscience : comment ça fonctionne ?

Pédagogie et neuroscience : comment ça fonctionne ?

Les neurosciences tendent à être de plus en plus utilisées en pédagogie, car on part du postulat que si on est capable de comprendre comment le cerveau apprend, alors on est en mesure d’utiliser des moyens d’apprentissage plus efficaces. Voyons ça de plus près.

Les principes de base des neurosciences dans la pédagogie

Les neurosciences s’intéressent, entre autres, à la manière dont on apprend et raisonne. C’est pourquoi elles peut être utilisées pour mieux façonner les méthodes d’apprentissage employées. Dans ce domaine, les travaux de Stanislas Dehaene font figure de référence. 4 aspects étudiés en neurosciences peuvent être utilisés en pédagogie, à savoir :

  • L’attention : c’est ce qui nous permet de diriger notre activité cérébrale vers un objectif ou un centre d’intérêt donné. Toutefois, le cerveau ne décide de retenir que les stimulus qu’il juge adéquats avec ce qu’il veut apprendre, les autres deviennent imperceptibles. Tout l’enjeu pour l’enseignant est donc dans le fait de créer des cours intéressants et qui retiennent l’attention des élèves sans pour autant les détourner de leur but premier qui est d’apprendre. Pour accroître son attention, il est possible de recourir à la méditation ou d’apprendre à jouer d’un instrument de musique.
  • L’engagement actif : pour que l’apprenant soit toujours intéressé, il est important de tester ses connaissances régulièrement.
  • Le retour de l’information ou le feedback : il est important pour un apprenant d’obtenir une évaluation et une correction rapide de ses erreurs. L’immédiateté de la correction est nécessaire pour que les choses s’inscrivent dans l’esprit de l’apprenant. L’erreur fait partie du processus d’apprentissage et est tout à fait normale. Le système de punition et de récompense n’est pas forcément le plus efficace pour bien apprendre.
  • La consolidation ou l’automatisation : pour que les nouvelles informations soient pleinement intégrées, il est nécessaire de recourir à la répétition et l’exercice. Par ailleurs, le sommeil est indispensable pour une bonne consolidation des connaissances.

Comment sont utilisées les neurosciences en pédagogie ?

Voici quelques exemples :

  • Catégorisation et organisation des informations : le cerveau tend à retenir plus vite les informations si elles sont bien rangées dans différentes catégories. Les moyens mnémotechniques sont utiles de ce point de vue, car ils permettent d’associer une seule étiquette ou catégorie à un ensemble d’informations.
  • En recourant aux cartes mentales : les cartes mentales permettent de structurer l’information. Elles peuvent faciliter la prise de notes et la mémorisation d’un grand nombre d’informations. Les mots clés donnent une vue d’ensemble d’un sujet et permettent de faire travailler la mémoire visuelle. Leur effet est encore plus grand si c’est l’élève lui-même qui les crée.
  • Tenir des propos encourageants : pour un enseignant, il est impératif d’éviter l’utilisation de mots blessants. Les activités proposées doivent permettre à l’apprenant de stimuler sa confiance en lui.

Aie aie ! des articles :